Chapitre 1 : Le début de la fin

IMG_0792

J’ai été absente pendant un certain temps et j’en suis désolé. Pourtant j’ai pleins de choses à vous dire, pleins de choses à partager avec vous. Mon défi du weekend çà va être de programmer un certain nombre d’articles pour récupérer un peu mon retard et vous faire partager mes nouvelles découvertes.

Aujourd’hui j’ai passé une journée très difficile, peut être la plus difficile que j’ai vécu jusqu’à présent. J’ai vécu une épreuve que je n’aurais jamais pensé vivre ou du moins pas maintenant. J’ai envie de me rouler en boule et de passer le weekend à pleurer mais ce n’est certainement pas une solution. Alors, peut être que si j’écris, peut être que çà passera, peut être que je pourrais de nouveau relever la tête. Merci à tous de me lire en tout cas. Désolé pour cet article totalement inutile.

Embrasse moi dessus bord
Viens mon ange, retracer le ciel
J’irai crucifier ton corps,
Pourrais-je depunaiser tes ailes ?
Embrasser, te mordre en même temps
Enfoncer mes ongles dans ton dos brulant
Te supplier de me revenir et tout faire
ô tout pour te voir partir et viens!
Emmene moi là bas
Donne moi la main
Que je ne la prenne pas
Ecorche mes ailes
Envole moi
Et laisse toi tranquille a la fois
Mille fois entrelassons nous
Et lassons nous meme en dessous
Serre moi encore serre moi
Jusqu’a etouffer de toi

Il y a des salauds
Qui pillent le coeur des femmes
Et des femmes qui n’savent plus trop
D’ou l’amour tire son charme
Papillons de fleurs en fleurs
D’amour en amour de coeur
Ce qui n’ont qu’une etoile
Ou ceux qui brulent leur voiles

J’aime tes larmes quand tu aime
Ta sueur le sang, rendons nous amants
Qui se passionne, qui se saigne
J’aime quand mon ecorché est vivant
Je ne donne pas long feu
A nos tragédies, à nos adieux

Reviens moi, reviens moi
Tu partira mieux comme ça
A force de se tordre,
On en finirai par se mordre
A quoi bon se reconstruire,
Quand on est adepte du pire
Malgré nous, Malgré nous,
A quoi bon se sentir plus grand
Que nos, deux grains de folie dans le vent
deux ames brulantes deux enfants

22/11/2013

Publicités

14 réflexions au sujet de “Chapitre 1 : Le début de la fin”

  1. Courage, encore. J’ai été moi-même retournée hier soir alors qu’il n’était rien. Je peux donc imaginer ce que tu peux ressentir en ce moment même.
    (Cette chanson me rappelle des souvenirs.)
    Bisous 🙂

  2. Jean Yanne disait « c’est pas parce-qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule », alors non pas que je n’ai rien envie de te dire, mais je pense que c’est inutile, que tu sais ce que je pense de toi, et que si besoin ou juste envie de parler, de ça ou au contraire d’autre chose, bin je suis là…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s