Chronique cinévore: le pont des espions

Je vais essayer de reprendre progressivement les chroniques de ciné. Je culpabilise énormément de ne pas vous avoir parler de certains films que j’ai vu récemment et j’ai quelques difficultés à en parler alors que le film n’est plus à l’affiche. Bref, une des résolutions de l’année serait donc de réussir à tenir un rythme!

Synopsis

James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve plongé au cœur de la guerre froide lorsque la CIA l’envoie accomplir une mission presque impossible : négocier la libération du pilote d’un avion espion américain U-2 qui a été capturé.

Autour du film

On retrouve ici Steven Spielberg aux commandes, les frères Coen pour l’écriture du scénario et Tom Hanks dans le rôle principal.

Le film est inspiré de faits réels et permet une approche particulière de la guerre froide à travers cet échange assez méconnu.

Autre anecdote intéressante, les 20 premières minutes du film ne comporte aucune musique, Spielberg ayant été subjugué par les bruits de la ville de New York il a souhaité seulement travailler cela comme fond sonore pour le début de son film.

La guerre froide

Ce film est tout d’abord le reflet d’une époque. En effet, il nous dépeint d’une manière particulière la période de la guerre froide. En lisant le synopsis et en voyant le titre du film j’ai tout d’abord cru qu’il serait basé essentiellement sur l’échange des deux prisoniers. Mais non. La première partie du film se concentre sur le procès d’Abel accusé d’espionnage et sur James Donovan qui est son avocat.

Pendant toute cette partie là, certaines questions très intéressantes sont développées dont nous parlerons à la fin de l’article mais surtout la société américaine est vraiment montrée dans sa paranoïa la plus aigue.

Le rapport à la bombe atomique est aussi très bien souligné à travers un échange entre le personnage de Tom Hanks et son fils qui nous aide à mieux comprendre la complexité et la folie de cette période.

Un film hollywoodien

La façon dont le film est filmé, les acteurs, le cadrage, tout est très parfait, très basique. Ce n’est pas une mauvaise chose même si je doute qu’on puisse faire l’éloge de la prise de risque de Spielberg.

Certains plans sont intéressants et les acteurs sont vraiment très juste dans leur jeu. Il y a aussi une véritable volonté de vérité historique qui va jusqu’à la palette de couleur des costumes. C’est un très bon divertissement et un très bon film pour les gens qui aiment ce genre d’histoire.

La portée philosophique

Et c’est là que j’ai trouvé le film très intéressant. C’est cette démarche d’égalité et d’échange. Le pont des espions c’est évidemment celui où l’échange a lieu mais c’est aussi et surtout ce pont qui lie deux civilisations différentes mais qui finalement agissent de la même manière. Tout le film repose sur un miroir à travers les espions. Un espion russe est arrêté à New York et un espion américain est arrêté en Russie. Et tout cela se résume lorsque Abel dit à James Donovan « des américains font la même chose chez moi. Si ils sont arrêtés, comment voudriez-vous qu’ils soient traités? ». Cette phrase annonce la suite du film mais est surtout très importante pour analyser tous les évènements du film. Le miroir des deux nations ennemis est très bien mis en valeur et même si la culture, la politique et la doctrine n’est pas la même, les deux grandes puissances veulent la même chose et utilisent les mêmes moyens.

Personnellement j’ai apprécié voir ce film car la guerre froide reste une période que l’on connait peu et pourtant je la trouve passionnante.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s